Le chef-d’œuvre est-il mort avec l’art contemporain ?

Qu’ont en commun Le Baiser de Gustav Klimt, Le Cri d’Edvard Munch, le David de Michel-Ange, La Danse d’Henri Matisse, La Jeune Fille à la perle de Johannes Vermeer et, bien évidemment, La Joconde de Léonard de Vinci ? Ces icônes de l’art qu’on ne présente plus ont été élevées au rang respectable de chef-d’œuvre. Parce qu’elles sont unanimement reconnues comme ayant marqué notre histoire de l’art et s’exposent dans les plus prestigieux musées du monde, il ne viendrait pas à l’esprit de remettre en cause ce statut. Pourtant, qui établit ces faits « comme une chose naturelle », pour reprendre la formule de Roland Barthes ? Et à partir de quel moment objectif une œuvre devient-elle un chef-d’œuvre ? Plus simplement, qu’est-ce qu’un chef-d’œuvre aujourd’hui ?

Juge-toi, toi-même

Si originellement au Moyen-Âge le chef-d’œuvre, comme son nom le sous-entend, était l’objet le plus techniquement accompli par l’élève artisan présenté à son maître pour être promu dans sa corporation, sa définition a évolué avec l’ère moderniste.
Universellement entendu comme une œuvre touchant à la perfection la plus représentative d’un artiste ou d’un courant, le chef-d’œuvre est de nos jours intrinsèquement artistique car tenant du génie. Dans sa conférence de 1998 au Musée du Louvre, Hans Belting affirme ainsi que la notion de chef-d’œuvre telle que nous l’utilisons est intimement liée à la naissance d’un art muséal, en ce que salons, musées ou institutions ont favorisé la comparaison des œuvres entre elles sur le plan esthétique. Il est vrai que dans leurs approches scénographiques, les musées, dès le XVIIIe siècle, ont proposé un accrochage par sujets (scènes de genre, nu, portraits, etc.) nous invitant nous imposant ! – ainsi à établir des parallèles, analogies, rapprochements et confrontations… Autrement dit, à porter une appréciation arbitraire, à élire l’œuvre qui, paradoxalement, se révèle par rapport aux autres et qui, aussi, les englobe et fait corps avec en la plaçant en chef de file.

On n’oblige pas quelqu’un à émettre un jugement esthétique sur le premier objet naturel venu, encore moins sur les personnes. Ne pourrait-on pas, vis-à-vis des œuvres d’art, revendiquer le droit de ne pas émettre d’avis, de suspendre son jugement, de laisser venir les impressions sans être obligé d’aboutir à quoi que ce soit ?[1]

Le jugement esthétique ! Voilà exactement le point qui, selon moi, fait débat aujourd’hui. La création contemporaine est mue par une démarche artistique et non par une seule démarche esthétique, invalidant alors en partie l’écrit philosophique de Kant, Critique de la faculté de juger… La faute à Duchamp.

Une pissotière, le dernier des chefs-d’œuvre

Qui aurait pu prédire qu’une pissotière serait un jour un emblème de l’histoire de l’art ? « En 1958, j’ai le choc Duchamp alors pour moi la peinture est finie. Tout est art. Je ne pouvais plus rien jeter, une allumette était aussi belle que la Joconde. » Ben, ici, résume merveilleusement bien ce glissement de l’artiste qui existait grâce à son œuvre, à l’œuvre qui existe grâce à l’artiste. Renversement des codes donc, mais le résultat demeure : si Fontaine était intentionnellement un pied-de-nez adressé à l’art muséal, force est de constater que cet urinoir a été dupliqué  l’original ayant été perdu !  pour se retrouver exposé au Centre Pompidou en tant qu’icône de l’art. Mais, à quel moment tangible, explicite, Fontaine a pu être considéré comme un chef-d’œuvre ? Il semblerait que ce sont sa reconnaissance par le fait d’être regardé, diffusé, propagé (« ce sont les regardeurs qui font le tableau » disait Marcel Duchamp) puis son institutionnalisation  le fait d’être exposé au musée  qui sont les conditions sine qua non de l’accès à ce rang d’honneur.
Néanmoins, si Fontaine est un chef-d’œuvre, c’est surtout parce qu’il incarne une démarche artistique subversive, totalement révolutionnaire, en comparaison à la (non) production artistique antérieure. Il a pu l’être en ce que Marcel Duchamp était à l’époque déjà réputé en tant qu’artiste et n’aurait pu l’être sans ce même facteur déterminant. De l’art, donc, aux yeux de l’artiste d’abord, aux yeux de tous ensuite. S’ensuit alors une génération biberonnée à la philosophie duchampienne désireuse de porter l’étendard de l’art qui donne moins à voir qu’à penser l’art. Ce « penser l’art » a pris diverses formes, en allant jusqu’à se passer du support  un tableau par exemple  au profit de l’idée seule, du concept à l’expérience, abolissant tous les murs, et en premier ceux du musée. Il en va pareillement de la notion de chef-d’œuvre qui ne se regarde plus mais qui doit se penser comme concept, adopter la même évolution que l’art. Or, le chef-d’œuvre n’a pas suivi de chemin similaire et s’est vu se vider de sa substance avec l’émergence d’un art content pour rien.

 Du chef-d’œuvre à l’icône de l’art

Chef-d’œuvre par-ci, chef-d’œuvre par-là, chef-d’œuvre à tout-va ! Cette utilisation abusive du mot « chef-d’œuvre » dans la presse et la publicité à des fins commerciales a jeté un flou entre le signifiant et le signifié. Manquant sciemment de vocabulaire plus nuancé, les mass-medias usent à foison des hyperlatifs quotidiennement, impactant notre échelle à jauger les mots et à ce qu’ils renvoient : une belle œuvre est devenue bien fade à côté d’un chef-d’œuvre car nous ne devons plus aimer mais adorer ! C’est en ce sens que nous pouvons constater depuis une trentaine d’années, l’apparition du vocable « icône », pour désigner des chefs-d’œuvre ayant marqué l’histoire de l’art, s’insérant parfaitement dans cette escalade de superlatifs. L’emploi de « icône » à la place de chef-d’œuvre a pour effet de réinjecter du sacré, de l’intouchable, à un art désacralisé et souhaitant souvent l’être. Sur ce point, il peut y avoir contresens en parlant d’icône pour désigner un chef-d’œuvre qui dénonce cette sacralisation de l’art, exactement à l’image de Fontaine de Marcel Duchamp.
Il convient donc de redonner du signifié au signifiant (oui, oui, je ne parle pas de l’inverse) en employant un vocabulaire moins dithyrambique et pourquoi pas en se réappropriant le mot « chef-d’œuvre ». Quant à la question de savoir s’il existe des chefs-d’œuvre de nos jours, la réponse est évidemment oui. La qualité intrinsèque d’une œuvre peut se percevoir par notre savoir, notre ressenti, nos expériences et nos dispositions intérieures à apprécier les choses selon leur nature et à leur juste valeur, pour se prononcer avec bon sens et transparence. Cependant, notre génération a souvent bien du mal à s’y retrouver parmi ces flots d’informations relayés en temps réel vendant l’art comme un produit consommable… Il revient donc à nous, impliqués dans la cause de la critique d’art, de rétablir le poids des mots par la légèreté de notre plume car ce n’est pas l’art qui manque de substance.

Anne-Laure Peressin

[1] Ouvrage collectif. Hans Belting, Arthur Danto, Jean Galard, Martina Hansmann, Neil MacGregor, Matthias Waschek, Qu’est-ce qu’un chef-d’œuvre ? Art et artistes : xviie – xxie siècle : 1650-2000, Paris, Gallimard, 2000.

Une réflexion sur “Le chef-d’œuvre est-il mort avec l’art contemporain ?

  1. Bonjour,
    Dans « Après nous le déluge », Peter Sloterdijk, dans une note de bas de page, qui vaut d’être remontée, évoque le paradoxe selon lequel les figures spectaculaires du pouvoir au XXème siècle ont été déboulonnée en politique ( les dictateurs ne font plus l’affiche qu’en noirceur révélée) mais pas dans l’art (Duchamp, Wharol) : à quand ce déboulonnage de la nullité en matière de poiésis ( poiésis = fabriquer!). A bas la dictature du rien.
    Je vous souhaite une bonne soirée.
    Philippe Ségalard

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s